À propos

Les couleurs Pantone : peut-on les utiliser en webdesign ?

Avant de savoir si on va utiliser des couleurs Pantone, il faut se poser la question du support. En effet, la réalisation d’un projet graphique dépend avant toute chose de son support final. Impression de cartes de visite ou de faire-part, logo ou site web… Espace de travail en CMJN, RVB ? Il est parfois difficile de s’y retrouver parmi les différents modes colorimétriques.

Les couleurs Pantone sont souvent citées par les clients lors de réalisation de projets graphiques. Mais cette gamme de couleurs est-elle réellement adaptée à tout type de projet et à quoi correspond-elle ?

Qu’est-ce que Pantone ?

Tout d’abord, il faut savoir que Pantone est une entreprise américaine qui produit des nuanciers. Elle a été fondée en 1866. Le premier système de couleurs pour l’impression a été développé par Lawrence Herbert dans les années 60. Il s’agit du Pantone Matching System ou plus communément appelé PMS. Bref, passons les détails. Ensuite dans les années 90, Pantone développe un nouveau procédé pour séparer les couleurs. L’hexachromie est née.

Il existe plus de 2000 couleurs dans gamme Pantone et sont des références propres à l’entreprise, très utilisées en Europe et aux USA. Il y a de quoi faire !

Et les couleurs Pantone dans tout ça ?

Alors les couleurs Pantone… Parlons-en plus en détail. Ce sont des tons directs, créés par l’entreprise et sont obtenus à partir de mélanges de 14 couleurs de base. Ces codes couleur ne changeront jamais dans le temps. Vous me direz, il vaut mieux vu le nombre de couleurs que contient le catalogue !

Bref, il existe trois nuanciers chez Pantone :

  • C = Coated pour le papier couché
  • U = Uncoated pour le papier non couché
  • M = Matted pour le papier mat. 

Lors de l’impression, les couleurs Pantone sont plus chères que d’autres couleurs mais sont de meilleure qualité. Elles sont plus fiables en termes de rendu, plus vives et sont réservées à l’impression sous presse, aussi appelée offset. En gros, si vous sélectionnez une couleur Pantone dans un nuancier, vous pouvez être sûr que ce sera la bonne couleur à l’impression.

RVB et CMJN, quelle différence ?

RVB ? CMJN ? Qu’est-ce que ça veut dire ? Eh bien tout simplement : RVB sont les initiales de Rouge Vert Bleu et CMJN de Cyan Magenta Jaune Noir. Les couleurs RVB sont le résultat de la synthèse additive des trois couleurs de base rouge, vert et bleu, en jouant avec leur niveau de luminosité. Elles sont utilisées principalement pour le numérique et offrent une gamme de plus de 17 millions de couleurs différentes. Leur notation est dite hexadécimale, chaque caractère de cette notation donnant une nuance de rouge, de vert et de bleu.

Les écrans et les outils de graphisme numérique utilisent tous les couleurs RVB.

La quadrichromie ou CMJN est quant à elle le résultat de la synthèse soustractive des couleurs de base cyan, magenta, jaune et noir. La plupart des imprimantes numériques sont en CMJN et ce sont des millions de petits points de couleurs mélangés qui permettent l’obtention de la couleur souhaitée.

Quel mode colorimétrique pour quel type de projet ?

Vous l’aurez bien compris, l’utilisation de Pantone est judicieuse lorsqu’il faut reproduire fidèlement une couleur lors d’une impression. Donc, l’utilisation des couleurs Pantone pour le graphisme numérique n’a aucun intérêt. Cette gamme est réservée au print, puisqu’il s’agit de couleurs pleines que l’imprimeur pourra appliquer sur une seule plaque d’impression. On privilégie cette gamme pour l’impression de logo par exemple ne contenant que 1 à 2 couleurs ou pour l’impression sous-presse de couleurs spécifiques. Sinon, pour la majorité des projets d’impression, le mode CMJN et l’impression numérique sont privilégiés.

La création graphique numérique et le webdesign utilisent le mode RVB. Celui-ci permet l’utilisation d’une très large palette de couleur y compris des couleurs spéciales comme les fluo par exemple.

Cependant, si votre projet graphique est amené à être numérique et imprimé, on pourra alors privilégier le mode CMJN permettant de conserver un rendu fiable aussi bien pour l’impression que lors de la conversion des couleurs en RVB pour les supports numériques. L’inverse est moins sûr par contre. Il n’est pas rare de trouver une chouette couleur qui rend très bien à l’écran et lors de l’impression, ce n’est pas du tout ça. D’où l’intérêt de demander un BAT à votre imprimeur !

Je ne peux vraiment, vraiment pas choisir des couleurs Pantone pour mon site web ?

Après, rien ne vous empêche de sélectionner une couleur du nuancier Pantone pour vos projets web et de la convertir en RVB, mais ça n’a aucun intérêt en soi, sauf celui d’être certain que ce sera la même que celle de votre logo par exemple.

Le choix du mode colorimétrique dépend avant tout du support du projet à réaliser. Pour du graphisme numérique et du webdesign, seules les couleurs RVB seront utilisées vous offrant une très riche palette de couleurs

Pour l’impression numérique, le mode CMJN est le plus utilisé et permet d’assurer les contrastes et la netteté, notamment sur des gammes de gris et de noirs. Les couleurs Pantone sont quant à elles réservées à l’impression offset pour des compositions de couleurs vraiment spéciales ou limitées à une ou deux couleurs. Elles permettent des aplats parfaits et un rendu de qualité mais restent assez coûteuses.

Un p’tit tour sur le site de Pantone ? C’est par ici.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prev Post

Qu'est-ce qu'un BAT et son importance en graphisme print ?