À propos

Qu’est-ce qu’un BAT et son importance en graphisme print ?

Eh non un BAT ne fait pas référence à Bruce Wayne… Enfin pas que… Le BAT (B.A.T. ou Bon à tirer) est une épreuve de votre document que votre imprimeur vous soumet pour validation. Numérique ou imprimé, ils vous protègent tous deux en cas de litige. Revenons en détail sur cet incontournable de l’imprimerie.

Qu’est-ce qu’un BAT exactement ? 

Un BAT est un document que votre imprimeur vous soumet avant impression. Et cela afin que vous puissiez constater le résultat final de votre commande. Le but de cette convention d’imprimerie est de vous permettre de modifier votre fichier afin qu’il corresponde à vos attentes.

Cela vous permet de vous rendre compte du résultat final des couleurs, de la typographie, des éventuelles corrections textuelles et de la composition graphique en général. Tant que vous n’avez pas validé le BAT, la commande globale ne peut pas être envoyée en impression.

En cas de commande importante, cela vous permet d’éviter les erreurs et donc d’éventuelles pertes financières. C’est l’étape indispensable avant le tirage définitif. En revanche, une fois votre BAT validé, un retour en arrière n’est plus envisageable. En validant votre BAT, vous donnez l’autorisation à l’imprimeur d’envoyer votre fichier en impression tel quel. Si jamais vous n’êtes pas satisfait du rendu final, vous n’avez plus la possibilité de contester la qualité. Autant dire qu’il s’agit d’une étape cruciale.

Sur un petit tirage, les conséquences sont moindres. Mais sur une commande de plusieurs milliers de brochures contenant un numéro de téléphone erroné par exemple, ne pas prendre le temps de bien vérifier son BAT peut-être extrêmement regrettable.

Faut-il privilégier un Bon à tirer papier ou numérique ?

Le BAT papier vous permet de vous vérifier le rendu final de votre projet directement sur papier. Cela vous permet de mieux vous rendre compte de la conformité de votre projet graphique.

Attention toutefois, la plupart des BAT sont standardisés et ne sont pas nécessairement imprimés sur le support que vous avez commandé. Donc de légères variations inhérentes aux caractéristiques du papier souhaité peuvent subsister (grammage, papier couché ou non couché, recyclé ou encore texturé, etc.). La trame offset ou les finitions sélectionnées (vernis sélectif, paillette, dorure, etc.) n’apparaissent jamais.

Mais contrairement au BAT numérique, il permet d’avoir une colorimétrie la plus fidèle possible. Il permet souvent de constater qu’une couleur qui rend bien sûr votre écran ne ressort pas très bien à l’impression. C’est donc l’occasion de rectifier. Le BAT numérique est en fait la mise en page finale de votre document. Les couleurs RVB, destinées aux écrans étant différentes de la quadri ou du Pantone, le BAT numérique est surtout destiné à vérifier le texte et la mise en page générale.

C’est donc une étape indispensable qu’il ne faut pas négliger. Il arrive souvent que l’on fasse ne serait-ce qu’une faute de frappe, un mauvais copié-collé, qu’on remplace un chiffre par un autre… Mieux vaut prendre le temps de bien vérifier plusieurs fois, de faire plusieurs relectures minutieuses.

Vous voulez en savoir un peu plus sur les règles de bases de l’impression, c’est par ici.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prev Post

Tendances graphiques : faut-il les suivre ?

Next Post

Les couleurs Pantone : peut-on les utiliser en webdesign ?