À propos

Les couleurs Pantone c’est quoi ? Faut-il imprimer en quadri ou en Pantone ?

Tout graphiste qui se respecte est un jour confronté à ce dilemme : dois-je préparer mon fichier en Pantone ou en quadrichromie ? Afin de satisfaire vos clients, vous devez être en mesure de leur proposer la gamme de couleurs la plus large possible. Vous devez donc maîtriser les contraintes techniques inhérentes à l’utilisation des deux procédés. Mais qu’est-ce qui différencie réellement le Pantone de la quadrichromie ? C’est ce que je vous propose de découvrir à travers cet article.

Qu’est-ce qu’une couleur Pantone au juste ?

Si les couleurs Pantone sont devenues si populaires auprès des graphistes, c’est parce qu’elles sont incontestablement plus nettes, plus vives et plus précises que ne le seront jamais les couleurs en quadrichromie (quadri pour les intimes).

De plus, Pantone propose une très large gamme de couleurs pures (plus de 800). C’est-à-dire qu’aucun mélange de couleur n’est nécessaire pour obtenir une teinte en particulier. L’avantage principal est l’importante réduction des problèmes d’impression. Les risques d’erreurs de repérage, de maculage ou les différences de couleurs sur les aplats sont drastiquement réduits.

Dans la collection Pantone on trouve également une importante gamme de couleurs spéciales. Elles sont spéciales dans la mesure où elles ne peuvent pas être reproduite autrement. Ces couleurs peuvent être de l’argenté, du doré, ou encore des tons pastels ou métalliques.

Les imprimeurs utilisent des encres Pantone déjà mélangées pour obtenir le ton voulu. Il s’agit de ce qu’on appelle une impression en ton direct. Celle-ci garantit une continuité des couleurs dans le temps. En effet, elle s’avère incontournable lorsqu’il s’agit de respecter une charte graphique incluant des couleurs précises, comme le carré de l’entreprise « Orange » ou « SFR » par exemple.

Méfiez-vous des finitions comme le vernis ou le pelliculage mat qui peut apporter une légère variation de couleur. Demandez à voir un nuancier Pantone pour vérifier la fidélité des couleurs.

Le coût d’utilisation des couleurs Pantone

Outre son coût plus important, l’utilisation de couleurs Pantone implique de posséder la collection de nuanciers, ou Pantonier. Il compter environ 1 000 euros HT environ pour investir dans un nuancier Pantone. Sans compter les rachats suite à l’ajout de nouvelles couleurs à leur collection… Voilà qui fait réfléchir. Certes, il existe des nuanciers gratuits consultables en ligne. Mais il va de soi qu’ils ne restituent pas la couleur aussi fidèlement qu’un nuancier papier.

Rappelons également qu’une impression numérique (et donc potentiellement plus rapide) n’est pas envisageable avec ce type d’encre. S’il existe d’autres encres similaires, Pantone reste la référence absolue chez les graphistes du monde entier.

Attention, si les Pantone permettent de rester fidèles aux couleurs du nuancier, il faut toutefois prendre en compte certains paramètres. La qualité du papier est à prendre en considération. En fonction de sa composition et de son grammage, le résultat pourra varier. C’est pour cette raison que Pantone propose plusieurs nuanciers. Il existe le nuancier Coated destiné au papier couché et le Uncoated pour le papier non couché. 

En général, on privilégie les Pantone pour la communication institutionnelle, les imprimés commerciaux et les grandes marques chartées.

Et la Quadri dans tout ça ? 

La Quadrichromie, ou CMJN (Cyan, Magenta, Jaune et Noir) est un procédé d’impression impliquant le mélange de quatre couleurs pour obtenir une nouvelle couleur. Si vous observez une photographie de magazine à la loupe, vous verrez une superposition de petits points de couleurs qui, à l’œil nu, donne une nouvelle couleur.

Grâce à la quantité de nuances possibles, le CMJN offre un éventail de couleurs plus important que le Pantone. Les couleurs CMJN peuvent être utilisées en impression numérique, à partir d’un petit nombre d’exemplaires (plus rapide que l’offset), son coût est donc plus faible. 

On utilise le CMJN pour les publicités, les brochures et pour la plupart des documents « jetables » du type flyer promotionnel, réduction limitée dans le temps, etc.

Attention ! Si vous préparez vos fichiers en RVB, soyez attentif à ce que la couleur soit bien convertible en CMJN. En effet, le RVB est destiné aux écrans et non à l’impression. De plus, gardez en tête que les couleurs lumineuses à l’écran seront plus ternes à l’impression. Pour vérifier la bonne restitution des couleurs, je vous conseille de demander un BAT à votre imprimeur. On évite ainsi les mauvaises surprises et le client n’en sera que plus content.

Pantone vs Quadri, qui gagne ? 

Dans l’absolu, aucun des deux. En réalité, tout dépend de l’usage réservé au document imprimé. S’il s’agit d’un document pérenne impliquant une charte graphique précise, optez plutôt pour le Pantone. Dans le cas d’un document éphémère, pour un projet peu exigeant ou un client pressé, misez sur le CMJN.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prev Post

Les principaux éléments qui composent une identité visuelle

Next Post

Tendances graphiques : faut-il les suivre ?